Sensibiliser les intervenants aux impacts de leurs croyances à l’égard du TDAH, des jeunes et de leurs problèmes

 

Pour participer aux ateliers de cocréation écrire à : cameliadubois@cegepjonquiere.ca
ou par téléphone: 418 547-2191 poste 6177

  • Horaire des ateliers en ligne.
    Atelier 1 : 15 octobre de 13h à 15h
    Atelier 2 : 29 octobre de 13h à 15h
    Atelier 3 : 12 novembre de 13h à 15h
    Atelier 4 : À déterminer
    Atelier 5 : printemps 2021

Pour les enseignants et intervenants: un montant de dégagement pour votre participation à ce projet est prévu et pourra être versé à votre employeur pour votre remplacement.

La présence à tous les ateliers n’est pas nécessaire. Nous vous prenons quand vous êtes disponible!

Description plus détaillée du projet

Mise en contexte

Selon un rapport de l’INESSS publié en 2017, le Québec est LA province canadienne avec la prévalence la plus élevée de consommation de médicaments pour le TDAH au Canada chez les 6 à 25 ans, alors que selon l’Enquête sur la santé des jeunes du secondaire 23% des jeunes Québécois de 12 à 17 rapportent avoir reçu un diagnostic de TDAH par les professionnels de la santé (Traoré et collègues, 2018). Pourtant la prévalence mondiale du diagnostic est réputée être de 3 à 5% (Polanczyk et al. 2007; 2015). Cette situation est la conséquence de l’accroissement du nombre d’enfants et de jeunes qui reçoivent un diagnostic pour de mauvaises raisons, ce qui a pour conséquence qu’ils consomment des psychostimulants sans en avoir réellement besoin.

Les recherches ont démontré que les enseignants, les intervenants et les professionnels en milieux scolaires ont un rôle majeur à jouer dans le dépistage et l’identification de ces jeunes, mais n’ont pourtant pas nécessairement tous les outils pour le faire.

Quel est l’objectif de ce projet de transfert?

À partir des résultats issus de projets de recherche sur le TDAH, le but est de développer un ou des outils destinés aux enseignants du primaire et aux intervenants. Ces outils viseront à sensibiliser aux impacts des croyances à l’égard du TDAH, des jeunes et de leurs problèmes. De manière générale, l’outil visera à aborder la question de la médicalisation des problèmes des jeunes.

Méthodologie

Le laboratoire vivant est une méthode de recherche qui souhaite réunir les acteurs de plusieurs horizons concernés par une problématique afin de mettre en commun l’expérience et l’expertise propres à chacun. Dans ce type de démarche, l’usager est au cœur du processus de cocréation.  Dans ce type de démarche, les usagers (réels ou potentiels) sont parties prenantes du comité en tant qu’experts de leurs besoins et collaborent étroitement avec les intervenants, les décideurs, les chercheurs et les concepteurs.

En réunissant tous les acteurs autour d’une même table, on raccourcit considérablement le temps de développement de nouveaux produits, tout en s’assurant que le service proposé réponde efficacement aux besoins des usagers sur le terrain. L’apport simultané d’une variété d’acteurs permet d’innover pour répondre à des problématiques complexes.

Références :

Polanczyk G, de Lima MS, Horta BL, Biederman J, Rohde LA. The worldwide prevalence of ADHD: a systematic review and metaregression analysis. Am J Psychiatry. 2007 Jun;164(6):942-8. doi: 10.1176/ajp.2007.164.6.942. PMID: 17541055.

Polanczyk GV, Willcutt EG, Salum GA, Kieling C, Rohde LA. ADHD prevalence estimates across three decades: an updated systematic review and meta-regression analysis. Int J Epidemiol. 2014;43(2):434-442. doi:10.1093/ije/dyt261

Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) (2017). Prévalence de l’usage des médicaments spécifiques au trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) chez les canadiens de 25 ans et moins. Portrait rédigé par Éric Tremblay et Jean-Marc Daigle Québec, Qc : INESSS; 21p.

Traoré, I., D. Julien, H. Camirand, M.-C. Street Et J. Flores (2018). Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire 2016-2017. Résultats de la deuxième édition. L’adaptation sociale et la santé mentale des jeunes, [En ligne], Québec, Institut de la statistique du Québec, Tome 2, 189 p. [www.stat.gouv.qc.ca/statistiques/sante/enfants-ados/adaptation-sociale/sante-jeunes-secondaire-2016-2017-t2.pdf]