Trouble du déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH) et consommation de psychostimulants : Rôle de l’environnement scolaire dans l’identification des élèves

Volet A : Saguenay–Lac-Saint-Jean
Volet B : Comparaison d’écoles québécoises et flamandes

Le TDAH est actuellement considéré comme le trouble mental le plus prévalent chez les enfants. L’environnement et l’organisation scolaire sont intimement liés à la manière dont les enfants sont identifiés sous cette catégorie. Pourtant, ces facteurs sont peu étudiés et cette situation constitue un problème social ayant d’importants coûts médicaux et des conséquences à long terme pour les jeunes et la société. L’objectif principal du projet est d’étudier les caractéristiques de l’environnement scolaire qui sont liées à l’identification des élèves sous la catégorie TDAH afin d’expliquer les différences de prévalence entre les écoles primaires. Les objectifs plus spécifiques sont : 1) Évaluer le nombre d’élèves avec un diagnostic de TDAH et consommant des psychostimulants dans les écoles primaires;  2) Identifier la manière dont les facteurs de l’environnement scolaire sont liés au TDAH et 3) Comprendre les logiques enseignantes concernant l’identification des élèves sous la catégorie TDAH.

Les retombées positives du projet:

  • Connaitre plus précisément le nombre d’élèves qui ont un TDAH et qui consomment des médicaments associés (estimé de la situation du TDAH dans les écoles primaires)
  • Suivre à long terme l’évolution de la prévalence du TDAH en milieu scolaire
  • Formuler des pistes de réflexion pour mieux comprendre l’identification du TDAH en milieu scolaire.
  • Améliorer les croyances et les pratiques professionnelles des acteurs scolaires en lien avec le TDAH
  • Améliorer l’environnement scolaire en lien avec le TDAH
  • Améliorer la formation des enseignants à l’égard du TDAH

Marie-Christine Brault était à l’Assemblée nationale le 6 novembre dernier pour présenter les résultats préliminaires de son projet de recherche sur la consommation de psychostimulants pour le TDAH.

Les recommandations de Marie-Christine Brault pour revoir les pratiques entourant le diagnostic du TDA/H ont été entendu par la Commission de la santé et des services sociaux (CSSS). Plusieurs de ces recommandations figurent dans le rapport déposé le 4 décembre 2020, concluant le Mandat d’initiative sur l’augmentation préoccupante de la consommation de psychostimulants chez les enfants et les jeunes en lien avec le TDA/H.

Pour visionner la séance complète, cliquez sur ce lien.

L’article publié dans La Presse :  L’immaturité souvent confondue avec un TDAH

L’article publié dans Le Devoir : Les enfants n’ont plus le temps de prendre le temps d’apprendre

Une infographie a été réalisée en collaboration avec l’Institut unviersitaire Jeunes en difficulté : La médicalisation des difficultés des enfants: le cas du TDA/H